Un nouveau danger dans les cieux

Pour commémorer le premier lancement opérationnel du premier missile balistique, voiçi un récit fictif d’une réunion toute aussi fictive avec des personnages, eux, bien réels. A l’exception de la secrétaire Irena. En effet, le V2 eu son premier impact sur le sol de l’ennemi, à savoir la ville de Londres, le 08 septembre 1944. Je laisse à présent la parole à nos protagonistes…

___________________________________________________

Une étrange atmosphère régnait dans cette salle de réunion de l’Oberkommando der Wehrmacht.
C’était une pièce intime, il n’y avait que quatre participants : le Reichsführer-SS Himmler, le Reichminister Goebbels, le commandant en second du camp de Buchenwald et l’hôte d’aujourd’hui : le Generalfeldmarschall Keitel. N‘oublions pas cette charmante Irena, secrétaire du ministre de la propagande du Grand Reich, chargée de retranscrire tout ce qui serait dit lors de cette conversation. Cette jeune femme de vingt trois ans était une fervante national socialiste et elle aurait suivi son chef même en enfer. Elle était sa secrétaire particulière depuis un peu plus d’un an et, accessoirement, sa partenaire de „jeu“.

Les lambris de la sombre pièce étaient norcis par la fumée de cigarette. Cela la rendait un peu plus sombre. Mais il fallait s’y attendre dans un bunker, aussi bien conçu soit il, pense Irena. Quel homme ce Speer. Ou était ce Todt ? Peu importe, la conversation commençait après les flatteries d’usage. Heureusement qu’il n’y avait pas ce gros morphinomane de Goering… Irena soupira discrètement en pensant aux avances répétées de cet homme dégoutant, si on pouvait encore appeler ça un homme.

Merci pour nous avoir permis de nous réunir dans cet endroit sécurisé her Generalfeldmarschall.
– C’est tout naturel her Reichminister. Mademoiselle ? Indiquez la date sur votre document. Nous allons commencer.
Irena pianota sur sa viennoise de 1939 „11 Septembre 1944, 9h12“. Une date qui resterait dans l’Histoire se dit elle. Pour le Reich.
Bien. Nous sommes ici pour évaluer la poursuite des lancements de notre nouvelle arme de vengeance : le V2. Nul ne peut contester que nous repousserons les Alliés en France jusqu’à les écraser, néanmoins, la Luftwaffe à montré ses limites à frapper l’Angleterre en 1940 et c’est ce pourquoi ces armes doivent être utilisées.
– N’oubliez pas les russes her Reichminister. En effet, l’aviation est trop occupée sur le front pour frapper les arrières de l’ennemi, ses centre villes et son industrie. C’est pourquoi le V2 sera parfait, compte tenu du fait qu’ il n’est pas interceptable par l’ennemi. J’ai ici un schéma pour que vous puissiez bien vous rendre compte de cette roquette. Bien entendu, vous pouvez le conserver.

Source : Club des passionnés de l’Astronautique

– Merci her Generalfeldmarschall. Nul doute que les agents de ce cher Himmler ont déjà tous les plans de votre arme miracle.

Le petit homme à lunettes fusilla d’un regard si froid Goebbels que la Flotte impériale se serait retrouvée gelée sur place, même si elle avait été basée à Truk. C’est dire…
Mon cher Joseph, mes informateurs ne sont pas des agents, ce sont des honnêtes allemands qui ne font que leur devoir au nom du Grand Reich. Et ils n’espionnent pas comment vous le sous entendez, ils informent !!
– Oui. Excusez moi cher ami.
Revenons à nos roquettes si vous le voulez bien. Il me semble que la cadence de production de ces armes pourrait être augmentée.
Le ministre de la propagande se tourna vers l’homme le moins prestigieux de la salle.
Schmidt. Qu’en pensez vous ?
– Her Reichminister. Je vous ai apporté quelques photographies de l’usine de Dora où sont produites les armes de type V pour que vous vous rendiez compte du manque criant de main d’oeuvre dont nous souffrons…

Source : Association Dora

– Si ce n’est qu’une question de main d’oeuvre, je peux alimenter votre camp, cela ne pose aucun problème Schmidt.
– Merci her Reichsführer. Monsieur le ministre, je pense que vous connaissez ces clichés, ils viennent de votre service.
Goebbels sourit en coin mais ne reconnut pas les photographies, à vrai dire, des milliers et des milliers transitaient dans son service, alors…
Quel dommage que Speer ne se soit pas joint à nous aujourd’hui.
– Oui her Generalfeldmarschall. Il était occupé avec notre bien aimé Fuhrer aujourd’hui. Mais il aura bien l’occasion de rendre visite à l’usine de Dora.

La conversation continua pendant trois bonnes heures. Keitel ne parlant pas beaucoup, Schmidt détaillant avec délectation les conditions de „travail“ dans l’usine de Dora, le processus de montage du V2, Goebbels lui imaginait comment tirer le meilleur parti du premier lancement opérationnel réussi du V2 sur Londres le 8 Septembre 1944. Date qui était déjà entrée dans l’Histoire, la Grande Histoire du Monde, comme celle du premier tir opérationnel d’un missile balistique. Himmler de son côté se rincait l’oeil sur Irena, absorbée par son travail de dactylographie.

Vers midi passé, le Reichsführer se leva et déclara d’une voix teintée de sarcasme.
Et bien merci pour votre accueil Keitel, j’en parlerai à notre Fuhrer. En bien, je vous rassure. Sur ce, je dois gagner Paris pour une réunion des plus importantes.
Après avoir salué tout le monde, il s’empressa de baiser la main de la jeune secrétaire de son collègue et « ami » dans un Au plaisir mademoiselle, si vous voulez, il y aura toujours une place pour une pure aryenne dans la SS. Avant de s’éclipser.
Chacun parti comme il était venu. Voyant la salle de réunion vide, Keitel lacha un profond soupir de soulagement. Tout s’était bien passé, il allait pouvoir souffler un peu. Il avait sauvé sa tête pour encore un peu de temps. Mais pour combien de temps ?
________________________________________________

Pour conclure, l’Equipe vous présente le V2 en quelques chiffres :
– + de 22 000. C’est le nombre de pièces mécaniques qui composent un V2.
– 350. C’est la portée maximum du V2.
– 738. C’est le poids de la charge explosive maximum d’un V2.
– + 4000. C’est le nombre de V2 produits, dans des conditions souvent indescriptibles ici…

V2 Anvers

Arme V allemande exposé à la population en juin 1945 devant la Cathédrale Notre Dame à Anvers (Montage: Erwin Schütze)

___________________________________________________

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.