Opération Fortitude

L’opération Fortitude fait partie d’une opération beaucoup plus large du nom de Bodyguard qui avait pour but de tromper les Allemands sur le lieu des débarquements de la façade Atlantique et en Méditerranée en plus de faire croire que ces dits débarquements n’avaient pour but que de faire diversion pour un débarquement de plus grande envergure.

Carte représentant les différents objectifs factices des opérations de désinformation

Carte représentant les différents objectifs factices des opérations de désinformation

Comme on peut le voir sur la carte, l’opération Fortitude est en fait composée de deux parties. Une au nord avec l’opération Skye et l’autre au sud avec l’opération Quicksilver.

L’opération Bodyguard

L’idée de cette opération de désinformation et d’intoxication est venue lors de la rencontre des « Trois Grands » à la conférence de Téhéran fin 1943. Lors de cette conférence, l’idée du débarquement était d’actualité et il y avait souci de mettre en place aussi une opération pour tromper l’ennemi. Pour faire cela, Churchill fit appel au lieutenant-colonel John Henry Bevan, un ancien banquier et un génie de la guerre qui s’était fait remarquer pendant la Première Guerre mondiale pour ces prévisions incroyablement justes. Il est alors le chef de la London Controlling Section, organisme secret avec pour mission de monter et d’exécuter toutes sortes de missions de désinformation grâce aux MI5 et MI6.

Seule photo connue de la London controlling section avec John Henry Bevan au centre

L’opération Fortitude North et Skye

Cette opération est la moins connue des deux. Elle devait faire croire aux Allemands un possible débarquement en Norvège. La mise en scène prévoyait d’évoquer l’hypothèse réelle de la présence d’une British Fourth Army stationnée dans le nord de l’Angleterre  et dont le quartier général était le château d’Édimbourg. Bien sûr, cette armée était fictive, mais elle était quand même subdivisée en quatre parties: Skye, l’état-major, Skye II et Skye IV, corps expéditionnaires anglais fantômes respectivement les IIe et VIIe. Par contre, Skye III avait une petite particularité…C’était le véritable XVe corps de génie américain, mais accompagné cette fois d’autres unités qui, elles, étaient fictives. Les Anglais ont jugé peu probable qu’un avion allemand arrive a survoler la zone sans être intercepté, donc il n’y eut aucun leurre construit, mais un trafic radio fut mis en place. En parallèle de tout cela, le Royaume-Unis établit  aussi des contacts politiques avec la Suède pour renforcer la pression sur les Allemands. Des agents doubles du nom de code de Mutt et Jeff sont aussi mis à contribution pour donner de fausses informations. Malheureusement, des doutes sur la fiabilité de l’un des agents mirent fin au subterfuge, et Jeff fut même emprisonné. Le summum de l’activité de l’opération fut atteint lorsque des commandos britanniques attaquèrent des infrastructures maritimes et des avant-postes allemands en Norvège pendant le printemps 1944. A la suite de ces attaques, la Kriegsmarine augmenta son activité en mer du Nord et la pression politique sur la Suède augmenta aussi. Des rapports et études d’après-guerre montrent que grâce à Skye 13 division, les Allemands ont été obligés de laisser au moins une division  en Norvège lors du débarquement. Par contre, aucune preuve n’indique que les Allemand ont surveillé le trafic radio.

L’opération Fortitude South et Quicksilver

C’est surtout cette partie de l’opération que l’on retient pour l’opération Fortitude. Elle avait pour but de faire croire à un débarquement dans la région de Calais par la FUSAG (pour First United States Army Group). Des efforts notables on été déployés afin de rendre crédible l’opération. Que ce soit pour laisser des traces de l’armée,  d’avions fictifs, de fausses péniches de débarquement positionnées à des endroits stratégiques ou encore de faire croire à l’utilisation active d’aérodromes qui, en fait, n’étaient d’aucune utilité. tout a été mis en oeuvre pour être persuasif. Il a aussi été question de construire des chars en bois, mais le temps de construction étant trop long, on jeta alors son dévolu plutôt sur des chars gonflables en caoutchouc fabriqués par des sociétés américaines telles que Goodyear/ Goodrich et ensuite livrés par bateau. Ne restait alors qu’à les gonfler sur place. Pour pousser le réalisme au maximum, on a employé, la nuit, de vrais chars pour marquer le sol. Même un faux terminal pétrolier fut construit par les studios de Shepperton…

Les fausses péniches de débarquement

Un avion fictif

Un char gonflable

Mais la tromperie ne s’arrêta pas là. Le Général Patton, qui était tenu en haute estime par les Allemands, fut mis «officiellement» au commandement de cette armée. Des centaines de messages radio ont été envoyés pour faire croire à des activités de l’armée. Certaines tentes avaient des poêles allumés pour simuler les cantines en train de préparer à manger pour ces soldats fantômes. Même des insignes ont été créés. C’est sans compter les faux articles parus dans la presse anglaise annoncant le résultat des matchs de foot et des mariages de soldats. Mêmes les zones furent interdites d’accès, avec des panneaux et de vrai gardes. Ces gardes venaient en partie de la Home Guard et effectuaient le tout en plus de garder les zones de manœuvre, de déplacer les véhicules de jour comme de nuit. Tout cela pour rendre le camp plus vrai que nature.

 

Symbole du FUSAG

 

Insignes d’unités fictives du FUSAG

 

Comme évoqué précédemment, la tromperie a aussi eu une bonne place dans l’opération. Le système Double-Cross ou XX est un système de contre-espionnage créée par le MI5 dans le but de repérer, de retourner ou de neutraliser tous les agents allemands. Pour l’opération Fortitude, les Britanniques ont utilisé trois agents double, mais on retiendra surtout le nom de Juan Pujol Garcia, alias « Arabal » pour les Allemands,  alias « Garbo » pour les alliés. Cet Espagnol, suite à la guerre civile dans son pays,  détestait toute forme de fascisme et lorsque la guerre éclata, il proposa au Royaume-Uni de se mettre à leur service. Cependant, les Anglais se montraient méfiants et ont alors rejeté la proposition. Mais Juan était plutôt un type persévérant. Il alla même jusqu’à concocter un plan pour rejoindre les services secrets britanniques. Il commence par se faire engager comme agent secret allemand. Il réussit en effet à se faire recruter et envoie pendant plusieurs mois des rapports aux Allemands. En quelques mois seulement, il réussit à monter un réseau d’espions dans plusieurs endroits stratégiques des îles britanniques. Lorsqu’ils découvrent l’existence du réseau, et surtout de son chef et de son lieu de résidence, les Britanniques envoient un agent pour le rencontrer à Lisbonne. Le présumé agent allemand, du nom d’Arabal, finit par avouer qu’il avait tout inventé: ses hommes, les informations qu’il avait trouvées dans la presse et même du fait qu’il n’avait jamais mis les pieds en Angleterre. Mais une chose était certaine: les Allemands avait foi en lui. À tel point qu’un jour, leur donnant l’information qu’un convoi était partie d’Angleterre pour rejoindre Malte, ces derniers se sont empressés, quelques heures plus tard, d’envoyer des bâtiments intercepter ledit convoi. Réalisant la crédibilité du subterfuge, les Anglais se laissent tenter et le font entrer à leur service. Un peu plus tard, il confirme aux Allemands la présence d’armées alliées dans le sud-est de l’Angleterre et conforte ainsi les Allemands de l’idée d’un débarquement près de Calais.

Comme mentionné auparavant, le but de l’opération Fortitude était aussi de faire croire que ce débarquement n’était qu’une diversion et pour ne pas compromettre sa position, Garbo eut une idée de génie. Il envoya un message aux Allemands quelques heures avant le débarquement à l’effet que des troupes alliées allaient justement débarquer en Normandie. Le temps que le message soit transmis à Berlin, les alliées allaient avoir eu le temps de débarquer et le double objectif serait atteint: un débarquement réussi et des Allemands n’ayant pas de doutes sur la fiabilité d’Arabal, l’information n’étant tout simplement pas arrivée à temps. Cela permit à l’agent double de continuer d’envoyer de fausses informations sur le fait que la FUSAG se préparait à embarquer pour Calais. Les Allemands se demandaient justement pourquoi le débarquement sur Calais n’arrivait pas et questionnèrent Juan qui leur répondit alors qu’étant donné la réussite du débarquement de Normandie, le débarquement dans la Pas-de-Calais avait été annulé. Il servit encore quelques mois après l’arrêt de l’opération Fortitude et fut décoré de la croix de Fer allemande, mais aussi de la médaille de l’ordre britannique!

Juan Pujol Garcia, alias « Arabal » pour les Allemands,  alias « Garbo » pour les alliés

Comme dans toute opération, il y eut des pertes et des sacrifices. Des réseaux de résistants que les Anglais savaient infiltrés par les Allemands furent sacrifiés, mais dans le but de garder le secret et pour faire paraître l’opération encore plus crédible. On a qu’à penser à un de ces réseaux de résistants qui savait que si la mention « Message pour la petite Berthe » suivie de « Salomon a chaussé ses grands sabots », voulait dire qu’un débarquement aurait lieu dans le Pas-de-Calais 48 heures plus tard.  Malheureusement, cette poche de résistance fut arrêtée et l’information fut dévoilée… Le 8 juin à 19h15 les deux phrases furent prononcé par la BBC et cela convainquit les Allemands que le débarquement n’aurait jamais lieu. D’ailleurs, et c’est bien malheureux, les morts causés par cette opération ne furent pas que du côté des résistants. En effet, des centaines de civils périrent dans les bombardements qui devaient faire croire à un débarquement dans le Pas-de-Calais…

Conclusion

Même si l’opération Fortitude Nord n’a pas eu un effet et une renommée aussi grande que Fortitude Sud, elle a quand même contribué à piéger des divisions allemandes hors de la France. Et ces opérations ont surtout reposé sur des agents double, car en 1944 le contrôle du ciel au-dessus de l’Angleterre était acquis pour les alliées et donc rares étaient les avions qui ont pu prendre de possibles photos des lieux. De plus, la Luftwaffe rechignait à prêter ses avions pour de simples opérations de reconnaissance. Les Anglais ont tout fait pour conforter les Allemands dans l’idée d’un débarquement à Calais grâce aux agents double et aux systèmes de contre-espionnage Double-Cross. Et les centaines de personnes sacrifiés pour le bien de l’opération ont réussi a rendre l’opération encore plus crédible. Il en résulta que 17 divisions allemandes sont restées en Norvège et au Danemark, et que les renforts pour contrer le débarquement de Normandie ne furent envoyés que le 15 juillet. Ce qui permit aux alliée de fortifier cette fragile tête de ponts qui traversera ensuite la France jusqu’au Rhin beaucoup plus facilement. John Henry Bevan retourna au monde des finances et mourut d’un cancer du poumon causé par les quatre paquets de cigarettes par jour fumés pendant la guerre. De son côté, Juan Pujol se fit passer pour mort et partit vivre au Vénézuela où il mourut paisiblement. Bien qu’il eut une place importante dans l’opération, on entendit très peu parler de ses exploits. Ce n’est qu’une quarantaine d’années après le débarquement qu’il fut reconnu comme étant la dernière personne en vie avec des décorations à la fois de l’Axe et des Alliées.

Source :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Fortitude
https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Quicksilver
https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Skye
http://www.lepoint.fr/histoire/evenements/debarquement-operation-fortitude-ou-comment-les-allies-ont-berne-les-nazis-06-06-2014-1832918_1616.php
https://www.lexpress.fr/informations/les-secrets-de-l-operation-fortitude_607409.html
https ://dailygeekshow.com/operation-fortitude-allies/
https ://www.dailymotion.com/video/x5q31yo
https://liberationroute.fr/great-britain/stories/o/operation-fortitude-south
https: //www.francetvinfo.fr/histoire-l-operation-fortitude-episode-inedit-de-la-seconde-guerre-mondiale_475720.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Premier_groupe_d%27arm%C3%A9es_des_%C3%89tats-Unis
https://en.wikipedia.org/%3Ftitle%3DOperation_Skye%26redirect%3Dno&prev=search
https://fr.wikipedia.org/wiki/Joan_Pujol_Garcia

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.