Libération de la Corse

1980, au fin fond de la Corse, au pied du Monte Cinto, un vieil hommes appuyé sur une canne rentre du chêne pour la cheminée. En regardant de plus prêt, la jambe gauche de son pantalon flotte à l’air ; elle ne contenait plus rien. Son petit fils, appuyé sur la rambarde le regarder, mi amusé mi intrigué. Le vieil homme lui demanda alors de venir s’asseoir sur sa jambe et d’écouter.

Tu sais mon figliulinu (petit fils), tu est maintenant en âge de comprendre. Papi n’a pas toujours eu qu’une jambe. Je vais te raconter comment je l’ai perdu, et tout à commencé le jour à la Corse à été Libérée par les allié.

Je me souviens c’était le 4 Décembre 1938, j’étais devant le monument au mort de Corse, et je répétais avec mes cher frères : <>. Nous étions regroupés pour envoyer un message fort à Mussolini, qui se voyait s’accaparer la Corse, la Savoie et la Tunisie.

Le 8 Novembre 42, l’opération Torch est déclenché pour reprendre l’Afrique, en même temps, Hitler envahit la France Libre avec l’opération Attila mais surtout, 80’000 soldats Italien viennent occuper la Corse bientôt rejoins par 14’000 Allemand issu de la SS ReichsFührer ce qui porte à 94’000 soldats pour 200’000 habitant. Nous avions un soldat pour deux habitants, Hitler venait se rendre compte de l’atout stratégique de notre île.

Un homme mandaté par le Général lui-même tente de réunir toutes les branches des résistances corses. Il s’appelait Fred Scamaroni, et c’était un très bon ami. Un jour la police politique Italienne esr venue à la maison et chercher Fred. Ils m’ont mis un pistolet sur la tempe devant ton père, tes oncles et tante et m’ont obligé à avoué ou il était caché. J’ai dû leur donner l’emplacement de sa cache, mais je savais qu’il avait changé, la police m’a laissé et est partie. Fred fut tout de même arrêter de se suicida pour ne pas parler. Paix à son âme.

Devant la mort de Fred, le commandement allié envoya Paul Colonna d’Istria, qui avait pour mission de finir de fédérer la résistances, de trouver des terrains adéquat aux parachutage et les cibles clé.
Notre salut, pitchoun, on le doit aussi à notre sous marin des Force française Navale Libre, Casablanca, rescapée du Sabordage de Toulon qui nous livra agents, armes, munitions.

Tu sait Hugo, quand tu regarde en haut vers la montagne, pense que tes grands parents, et tes parents s’y sont caché pour ne pas être tué ou emprisonné par les Italiens. Nous frappions forts, dès que nous le pouvions. Un Corse sur 20 était résistant mais pour chaque soldats tué nous devions encore mieux nous caché car les polices politiques Allemande et Italienne nous rendait la monnaie de notre pièces dès qu’il le pouvait.

Puis le 3 Septembre 43, devant l’avancé des alliés, l’Italie signe un armistice discrètement, ce qui poussa le 9 Septembre, les troupes Allemande et Italienne aidé par les résistants à se tirer dessus. Ce jour du 9 Septembre 43 verra aussi le débarquement allié à Salernes. C’est lors de ses combats qu’un obus de char allemand Panzer II me priva de ma jambe. Mais celui-ci ne me priva pas de ma vie, il me restait trop de chose à voir à faire, et si j’était mort ce jour là, je ne t’aurais jamais connu mon figliulinu.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.