U-29 vs Courageous

Western Approaches ou les atterrages occidentaux, une zone rectangulaire de l’océan Atlantique située sur la côte ouest de Grande-Bretagne, particulièrement importante pour le Royaume-Uni, car elle abrite la plupart de ses ports, presque tous les navires en provenance et à destination du Royaume-Uni passaient dans cette zone.
Consciente de son importance stratégique, la Kriegsmarine a tenté d’instaurer un blocus du Royaume-Uni en utilisant les U-boote. Les Western Approaches étaient un excellent terrain de chasse et ont dû être fortement défendus.

Le Porte-Avions HMS Courageous (50) y était affecté pour la lutte contre les U-boote avec à son bord la 821ème  et la 822ème escadrille de la RAF, 48 Swordfish I, ainsi qu’une escorte de quatre destroyers : HMS Inglefield (D 02), HMS Ivanhoe (D 16), HMS Impulsive (D 11) et HMS Intrepid (D 10)

Le 17 Sep 1939, à 14h45 ce groupe de lutte ASM reçoit un message de détresse du Kafristan un cargo de 5000 tonnes attaqué et coulé par l’U-53 d’Ernst-Gunther Heinicke, aussitôt deux des quatre destroyers à savoir le HMS Inglefield (D 02) ainsi que le HMS Intrepid (D 10) et quatre avions Swordfish I furent lancés à la chasse de l’U-boot, d’ailleurs un de ces biplans attaque l’U-53 vers 17h et le contraint de plonger en urgence sans dommages notables.

Entre temps, plus à l’est, Otto Schuhart, commandant l’U-39, localise « un vapeur en approche par l’ouest » escorté par un Swordfish I, qu’il soupçonne d’être un transporteur militaire bien qu’il ne put identifier son pavillon, le prenant en chasse avec l’intention de l’attaquer de nuit, à l’affût sur son périscope, il localisa un nuage de fumée noire à 18h00, « c’est un porte-avions, le Ark Royal » confia Schuhart dans son livre de bord

Tout le monde aux postes de combat ! La chasse commence !

En fait, c’était le HMS Courageous (50) à l’horizon, et la mission s’avérait ardue et même impossible car aucune solution de tir n’était possible en immersion, à ce sujet Schuhart nota plus tard sur son livre de bord : « à ce moment, l’opération paraissait sans espoir, en raison des avions, je ne pouvais pas faire surface et ma vitesse en immersion était inférieure à 8 nœuds tandis que le porte-avions en fessait 26. Mais on nous avait dit au cours de notre formation de rester toujours proches et c’est exactement ce que je faisais, le suivant en immersion »

Schuhart poursuivait sa cible depuis bientôt une heure et demie et alors qu’il perdait de la distance, à 19h30, le porte-avions se met soudainement à portée de tir en se positionnant face au vent dans une manœuvre qui vise à faire apponter des Swordfishs, Schuhart saisit l’occasion, il attaque immédiatement, 5 minutes après le dernier appontage, sur son livre de bord il commenta : « la grande taille de la cible bouleverse tous les calculs habituels, et en plus, je regarde droit vers le soleil »
Aux environs de 19h50, Schuhart ordonne trois tirs des tubes avant, à moins de 3000m de sa cible, tout en observant de son périscope la réaction des escorteurs qui n’avaient toujours pas réalisé qu’une attaque était imminente, et alors que l’un d’eux n’était qu’à 500m, il plongea à la plus grande profondeur qu’il n’ait jamais atteint, c’est dans le silence le plus absolu que l’équipage de l’U-29 célébra les deux immenses déflagrations, en effet, deux des trois torpilles à impact G7e avaient atteint le HMS Courageous (50) juste à l’arrière du pont sur bâbord, il chavire, et coule en 17 minutes entraînent au fond son commandant le Capitaine W.T. Makeig-Jones, 17 officiers et 501 marins, parmi eux 36 membres d’équipages de la RAF ainsi que les 48 Swordfish I qui étaient à bord

Maintenant, l’équipage de l’U-boot Type VII-A, l’U-29, savait qu’il allait subir une attaque terrible aux grenades sous marines, les deux destroyers de l’escorte, le HMS Ivanhoe (D 16) et le HMS Impulsive (D 11) combinent leurs attaques sur l’U-boot, une traque sans merci commence alors, elle dure près de quatre heures où ils grenadent sans répit les eaux qui ont englouties le Courageous, et ce n’est que vers 23h40 que les ASM épuisent toutes leurs armes, dès lors, l’U-29 peut se retirer en toute sécurité. S’informant sans cesse de la position de l’ennemi grâce à son hydrophone, Schuart fait finalement surface tard dans la nuit pour envoyer un message au commandement des U-boote « Courageous détruit, U-29 de retour à la maison », très heureux, Dönitz qualifie les faits, dans le livre des opérations, de « Merveilleuse victoire »

Entre temps les navires marchands américain Collingsworth et britannique Dido ainsi que le navire de ligne néerlandais Veendam, font tout pour sauver les naufragés de la noyade dans ces eaux glacées et l’étouffement dans les nappes de mazout.  Et les survivants sont transportés vers les ports de Liverpool et Devonport le jour suivant soit le 18 Sep au soir
A son retour, Otto Schuhart fut accueilli en héro, il fut décoré par Karl Dönitz le 26 Sep 1939 de l’EK I (croix de fer, 1ère classe) au même titre que tout son équipage et de l’EK II (CF, 2ème classe), pour avoir coulé 41 905 tonnes pour sa première patrouille.

Voilà comment un U-boot de type VII-A de 626 tonnes a fait face à une force composée d’un Porte-Avions avec ses deux escadrilles de la RAF, et une escorte de deux destroyers, une force redoutable, et réalise l’exploit en coulant avec seulement deux torpilles l’un des fleurons de la Royal Navy, un Porte-Avions de 22 500 tonnes.

La Royal Navy retira les six Porte-Avions de sa flotte des zones où chassent les U-boot.

Ce contenu a été publié dans article historique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.